Sélectionner une page

Étêtage d’arbre : les points à connaitre sur cette pratique

5 janvier 2022 | 0 commentaires

On distingue deux façons de tailler un arbre, à savoir la taille douce et la taille sévère. Si la première vise à préserver le port naturel de l’arbre, la seconde implique une modification radicale de sa structure initiale. L’étêtage d’arbre fait partie des techniques de taille dites sévères. Dans ce qui suit, nous allons voir en quoi il consiste et pourquoi y avoir recours. Découvrez donc dans cet article tout ce qu’il y a à savoir sur ce procédé.

Qu’est-ce que l’étêtage d’arbre ?

L’étêtage d’arbre, qu’on connait également sous l’appellation « écimage » est une technique de taille qui implique la suppression de la partie supérieure du végétal. Concrètement, elle consiste à éliminer la « cime » ou la « tête » de ce dernier parce qu’il est trop grand ou trop volumineux.

L’écimage est une pratique dangereuse pour l’arbre du fait qu’il affecte sa charpente et son ossature. Il touche donc des veines principales de l’arbre. Pour préserver sa santé, il doit donc se faire de façon raisonnable.

Les conifères sont les plus concernés par cette pratique. Cependant, on peut envisager sa réalisation sur les arbres feuillus. Dans ce cas, l’étêtage sera plus délicat. Il implique une déformation de la silhouette du sujet qui en fait l’objet. Celui-ci devra alors être soumis à une taille de réduction. Dans tous les cas, il est conseillé de confier l’écimage d’un arbre à un élaguer professionnel.

Pourquoi recourir à l’étêtage ou à l’écimage d’un arbre ?

Outre les raisons que nous avons mentionnées plus haut, d’autres facteurs peuvent justifier le recours à cette pratique. Peu importe les motifs qui nous poussent à y recourir, l’intervention d’un artisan-élagueur en Essonne est préconisée.

En effet, l’écimage est un procédé qui permet de : 

  • Limiter la prise au vent du végétal ;
  • Réduire la zone d’ombre qu’il occasionne s’il est trop imposant ;
  • revigorer un arbre malade ou en mauvais état ;
  • Empêcher les branches de l’arbre d’atteindre des fils électriques et téléphoniques aériens.

S’il n’y a aucune raison valable d’effectuer un écimage d’arbre, il vaut mieux s’en abstenir. Comme susmentionnée, sa pratique n’est pas sans danger pour l’arbre qui en fait l’objet. S’il est mal exécuté, la plante peut même en périr.

Comment se pratique l’écimage d’arbre ?

Pour prévenir le dépérissement de l’arbre, son écimage devra se faire selon certaines normes. En effet, il ne doit pas permettre la suppression de plus d’un tiers de la hauteur du végétal. Il devra en outre être complété par l’élagage des branches latérales supérieures. Ceci étant fait pour que le végétal puisse retrouver sa forme conique et une structure plus harmonieuse.

En outre, il faudra laisser cinq années s’écouler entre deux étêtages. D’ailleurs, il est déconseillé de faire un écimage trop important en une seule fois. Pour les conifères, il se pratique idéalement entre les mois de juin et de décembre. Aucune intervention ne devra se faire en période de fortes chaleurs.

En plus d’être dangereux pour l’arbre lui-même, la personne qui effectue l’écimage s’expose également à des risques (ex. : chute en hauteur, blessures). Pour les éviter, il vaut donc mieux le confier à un expert en la matière. Ainsi, il est conseillé de faire appel à un élagueur professionnel.

Sur le même sujet

LES DANGERS D’UN PARE-BRISE FISSURÉ

LES DANGERS D’UN PARE-BRISE FISSURÉ

Au Canada, la conduite peut être risquée ou spectaculaire, principalement en fonction des conditions météorologiques. En hiver, par exemple, les blizzards et...

Commentaires

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code